Das wars …

Es sieht so aus, als wäre es das gewesen. Muss so sein … schließlich sind ja alle schon abgereist. Moment … wieso bin ich eigentlich noch hier!? Oh man … sie haben es schon wieder getan …

Wie dem auch sei. In einer unglaublichen Kraftanstrengung aller Beteiligten haben wir in 3,5 Tagen alles abgebaut, verpackt und verladen. Als Aussenstehender kann man sich, glaube ich, nicht wirklich vorstellen was das bedeutet. Ich versuche es trotzdem einmal zu verdeutlichen. Es mussten 6 voll ausgestattete Laboratorien komplett abgebaut, 9 Mesokosmen geborgen, 6 Grundgewichte gehoben, 4 Container beladen, alle Zollpapiere zusammengestellt und das Greenpeace Schiff „Esperanza“ wieder beladen werden. Dies war nur möglich, weil sich über die Dauer des Experiments ein super Team gebildet hat. So dass jeder genau wusste was er zu tun hatte. Aber man muss zugeben, dass wir auch unter dem entsprechenden Druck standen. Viel wurde ja schon von den Unmengen an Kreuzfahrtschiffen berichtet, aber ausgerechnet zu unserer Abbauphase hatten wir den Höhenpunkt der Schiffssaison erreicht. Für uns hieß das, dass keine Paletten mit dem Radlader transportiert werden durften, wenn 600 Touris durch den Ort latschen und dass Esperanza nur an die Pier konnte, wenn kein Kreuzfahrer den Anlegeplatz blockierte. Beladen ging also nur in zwei kleinen Zeitfenstern am Freitag und am Samstag nach 18Uhr. Ich gebe zu, dass hat die Abbauphase doch etwas beschleunigt.

Allerdings führte das auch dazu, dass alle Beteiligten ziemlich erschöpft waren. Auch einer der Gründe warum der Text ein bisschen kürzer ausfällt und lieber mehr Bilder folgen.

Bis zum nächsten Bericht aus Kiel

Sebastian

Zu erst die 17m Säcke (© Nick Cobbing (Greenpeace))

© Nick Cobbing (Greenpeace)

Dann die Schwimmkörper © Nick Cobbing (Greenpeace)

Der Denker (© Thomas Bouchard)

Zum Glück immer Zeit für Blödsinn

Et langt og godt forsøg er slut…

Efter 34 dage med prøvetagninger – med undtagelse af én fridag midtvejs – har vi nu afsluttet vores CO2-berigelsesforsøg her i Kongsfjorden ved Svalbard. Selve forsøget er gået rigtig godt – og så må jo bare håbe, at vores data også bliver derefter. Men det varer jo selvfølgelig lidt, inden alle data er færdiganalyseret, da de fleste prøver er frosset ned og bliver først målt, når vi er tilbage i vores respektive labs.

 Vi tog de sidste prøver den 7. juli – og det var faktisk en helt underlig fornemmelse at vide at det nu er slut, og at vi ikke skal ud og tage flere prøver, filtrere og rumstere i lab mere – og det bliver selvfølgelig også lidt underligt, at skulle sige farvel til de mange mennesker, som man har gået op og ned af i så mange dage… Men når det er sagt, så det bliver også rigtig rigtig dejligt at komme hjem til min familie igen – om kun 2 dage!!

   

De sidste tre dage er gået med at pakke alle vores sager sammen igen – og trods den store mængde af ting og sager gik det hurtigt!

    

The summer is finally upon us. There have been many sunny days so far and the sun is bright especially in the evenings and nights. The incredible variety of wild life here on Svalbard is absurd and we can now see more of it than when we first arrived. The snow is almost gone and only the white tips of some of the mountains around us remind us of the frozen Svalbard to which we arrived five weeks ago. The colourful moss that used to be covered by snow and ice is now covered in small patches of the mountains avens and purple saxifrage flowers.

mountain avens

purple saxifrage

Between these you can see occasionally reindeer with their antlers now fully developed. But along with this wildlife comes also great danger. And the danger does not come from the scary beast of the north the polar bear, that is nowhere to be found, but from the birds.

 

  There are many bird species here spread out over several sanctuaries and protected areas. The Arctic tern is the one worth paying attention to. This tiny little white bird with a red beak is believed to be doing every year one of the longest migratory routes known (almost 15000 km).It breeds here in the Arctic and winters in Antarctica. Its nests can be found everywhere in Ny- Alesund, even in unconventional places such as the middle of the road.

Arctic tern

 I am not a birds’ expert but most birds I have heard of up until know nest their eggs somewhere sheltered or in a distance from human activity. This is obviously a problem here in the Arctic where there are no trees. The eggs of the Arctic tern are very small and you need to be very close to them in order to be able to spot them. As most birds, the Arctic tern is very protective of its offspring and often attacks people when they pass near their eggs. Sometimes it even feels like in a Hitchcock movie.

They attack the highest point of the body- the head. Therefore you can imagine a very funny picture: people, walking on the roads waving one hand or the other above their heads, punching the air, trying to scare away sometimes more than two or three birds. The lucky once that have a license to carry a gun as a polar bear protection don’t have to wave any body parts in the air but simply need to carry their gun on their back with the tip of their barrel higher than their heads. This way the birds attack the gun and not the head.  

This amusing situation amongst others is something that is very much needed here in Ny- Alesund. The work we do as part of the mesocoms experiment is usually the same and can get very monotonous.  A few days ago our colleges here reported that there was a chance of a bloom developing in our mesocosms after the nutrient addition, which could be exciting. However, we will only know the exact results once we have looked at our metagenomic data along with everyone else’s data.

Either way, we have two more sampling days left after which we will have to start the complicated process of packing all our samples and getting our gear back into the container boxes in order to make them ready for pick up by the Greenpeace boat. The experiment will officially end on the 7th of July however I will be leaving the island together with the rest of the group from the Plymouth Marine Laboratory on the 8th. This is indeed very sad in a way as I really got used to being here and doing interesting science despite all the hard work and the sometimes annoying birds. Also, being here is like being in a big family, everyone knows each other and the thought of going back to the city life with thousands of people on the streets, shops and the constant use of mobile phones is almost terrifying. We will be surrounded by concrete buildings and the smell of gasoline, instead of crystal clear water and a refreshing breeze from the fjord. But all good things like always come to an end. This wonderful experience of being here will have to be over. We will have to get back to our laboratories and work again under the white light of the fluorescent lamps. It is under these lights that we will be analysing the hundreds of samples we have collected here and under these lights we will try to understand the other CO2 problem and its impact on the Arctic. So it is not all bad news for us and there are still some exciting times ahead of us. There is light at the end of the mesocosm and the journey just begins.

Jozef.

En route pour un des derniers échantillonnages! Mes impressions… (par Samir)

Nous voilà prêt à partir…

Tsuneo enfile sa combinaison de survie pendant que je trie les bidons à emporter sur le bateau.

Ils serviront à récolter la précieuse eau de mer provenant des 9 mésocosmes, implantés depuis fin mai dans le Fjord du Roi.

Après avoir embarqué le matériel et les bouteilles à échantillonnage intégré, nous sortons du port pour quelques minutes de zodiac jusqu’aux mésocosmes…
Bien arrimés sur le premier mésocosme, l’échantillonnage peut commencer et nous mettons tout de suite les bouteilles à contribution. Elles permettent de récupérer de l’eau (avec son contenu planctonique) à l’aide d’un piston qui pompe l’eau en fonction de la profondeur. Ainsi, toutes les couches de la colonne d’eau sont échantillonnées et nous remontons un échantillon représentatif de la colonne d’eau du mésocosme.

Chaque échantillonnage nous prend plusieurs minutes. Il faut descendre la bouteille à la main en gardant une vitesse continue, pas trop rapide pour permettre le bon remplissage sur 12 m de profondeur. Une fois remontée,
nous remplissons les bidons que nous rinçons au préalable avec un peu d’eau provenant de l’échantillon pour éviter une contamination.

L’opération de descente et de remontée de la bouteille est effectuée plusieurs fois pour remplir les bidons et pour obtenir une quantité suffisante d’eau, qui servira par la suite aux différentes mesures et incubations.

Chaque binôme s’occupe de 3 mésocosmes avant de rentrer au port pour effectuer le reste des manips…

Arrivée sous le soleil de minuit (par Samir)

Minuit pile et le Spitzberg, perdu au beau milieu de l’océan Arctique, apparait enfin au loin. Voici les premières images que j’ai pu voir depuis l’avion…Je n’ai pas pu m’empêcher de penser aux explorateurs qui ont découvert l’île cinq siècles auparavant. Tout comme moi, j’imagine qu’ils ont ressenti une grande émotion devant un tel spectacle de la nature. En donnant le nom de Spitzberg, qui signifie “montagnes pointues”, ils ne se sont pas trompés.
Malgré l’heure tardive, c’est avec un plein soleil que l’île se dévoile. Cette atmosphère particulière souligne d’avantage mon émerveillement et je ne réalise toujours pas que je me trouve à 1000 km du Pôle nord…

Veel werk, maar ook leuke dingen!!

zooplankton

 Hier eindelijk een nieuwe blog vanuit NY Alesund. De laatste is alweer een paar weken terug en ondertussen is er best wat gebeurd. Het experiment loopt nog steeds, al nadert het einde nu snel. Woensdag is onze laatste monsterdag en daarna wordt het tijd om in te pakken en op te ruimen! Twee weken geleden hebben we voedingsstoffen aan de mesocosms toegevoegd. Hiermee hebben we de groei van algen gestimuleerd, wat dan weer voor toename van andere organismen kan zorgen. Naast de gewone monsters, neem ik wekelijks ook monsters van het zooplankton, de dieren van het plankton voedselweb. Dit doe je met een speciaal net. Op de foto zie je de meest voorkomende groepen hier in het water: de grote is een roeipootkreeft en de kleinere diertjes zijn cirripedia larven, een groep waar ook de zeepokken tot behoren. 

En zeker niet onbelangrijk, we doen ook leuke dingen naast het werk ;)! Zo zijn we op een avond naar de grote gletsjer gevaren, degene waar ons ijsgevaar vanaf komt. Je hoort hem rommelen en hij is enorm, indrukwekkend en prachtig! 

gletsjer

 Ook hebben we hier midzomernacht feest gevierd. Het thema was “upside down”, dus wij waren als pinguins verkleed. Er was een barbecue op het strand, een nachtduik, een vreugdevuur, drank en muziek! Het blijft apart om ‘s nachts in de zon te staan dansen🙂. 

midzomernachtfeest

Verder zijn we nog een avond gaan kayaken op zee naar een hut, waar we de nacht hebben doorgebracht. De wildernis en daarbij horende stilte is echt indrukwekkend. De poolvos familie heeft ondertussen puppies, die zijn erg schattig, zie foto.  Hierdoor is ons huis een touristische attractie geworden.  Er is nu een lijntje voor ons huis gespannen om de grote groepen toeristen tegen te houden en ze zo wat rust te gunnen! 

poolvos puppies

Natuurlijk kunnen we na het werk ook nog wel eens een biertje drinken en wat ontspannen, bijvoorbeeld op onze eigen “palm beach hut”.

Het lijkt nu alsof het hier altijd mooi weer is, maar dat is het jammer genoeg meestal niet!
Tot de volgende blog of tot thuis!
Groetjes Anna

Interview spéciale #2 (par Tsuneo): Thomas Bouchard, Logisticien de la base AWIPEV

Suite à l’interview de Sébastien, chef de la base AWIPEV, voici mon entretien avec Thomas Bouchard (TB), un autre ‘membre clé’ du personnel de la base AWIPEV.

– Tu travailles comme logisticien à la base AWIPEV. Peux-tu nous expliquer quel est ton rôle et en quoi consistent tes responsabilités quotidiennes?

TB: Tout d’abord, mais tu l’auras probablement entendu plusieurs fois depuis ton arrivée, je tiens à rappeler que Ny Ålesund est un site bien isolé. Ici, il y a l’entreprise Kings Bay AS et plusieurs stations organisées et gérées par plus de dix nations différentes. L’activité de l’AWIPEV à Ny Ålesund est actuellement maintenue par trois personnes : Sébastien (qui est le chef de la base), Christian (qui travaille à l’observatoire et qui gère l’acquisition des données scientifiques), et moi -même (qui gère les aspects logistiques).
Je m’emploie à maintenir le bon fonctionnement de tous les équipements de l’AWIPEV et je dois aussi m’assurer que ceux-ci restent en bon état. Les équipements comprennent les bateaux, les combinaisons de survie pour les sorties en mer, les gilets de sauvetage, les vélos, les scooters de neige, les skis, les raquettes, les vêtements chauds, les sacs à couchage, les tentes, les petits matériaux à l’atelier, etc. Je m’occupe également de réceptionner à Ny Ålesund tout le matériel scientifique envoyé depuis l’Allemagne ou la France. Enfin je prête également main forte aux scientifiques lors de certaines de leurs opérations et expéditions: lorsqu’ils installent leur matériel, lors de leurs missions de prélèvements dans le fjord ou sur les glaciers, etc.

– Je comprends maintenant pourquoi je te vois un peu partout (pas seulement dans ton bureau, mais à l’atelier, au port, dans le bâtiment de l’AWIPEV, à la réception de Kings Bay AS, etc.) à Ny Ålesund. Depuis quand travailles-tu ici ?
TB: Je travaille ici depuis fin avril 2010, et mon contrat dure un an.

– Comment as-tu décidé de venir travailler à Ny Ålesund ?

TB: Une grande part de hasard m’a conduit dans ces contrées … J’aime beaucoup les voyages, la nature (la mer, la neige, la montagne), et tout ce qui peut être qualifié d’activité « de plein air ». Je suis né à Lyon (France) et je suis toujours en quête d’expériences rares et intéressantes. Le climat froid ne me gêne pas. Je ne pourrais juste pas habiter dans un endroit compliqué, comme un pays instable ou en guerre. Et puis, je n’aime pas habiter dans des grandes villes. Je fuis les métiers en costume et je déteste les cravates (sourire) ! En tous cas, un jour, j’ai trouvé l’annonce pour ce travail …

– Es-tu content avec ton travail ?
TB: Oui, bien sûr. Mais en été, comme nous sommes seulement trois et que beaucoup de scientifiques viennent à Ny Ålesund, il est parfois difficile de satisfaire toutes les demandes. Nous nous aidons donc les uns les autres. Christian qui s’occupe de l’acquisition des données scientifiques, peut difficilement travailler longtemps en dehors de l’observatoire, mais c’est moins le cas de Sébastien. Lorsqu’il a fini ses tâches, Sébastien n’hésite pas à quitter son bureau et il vient me donner un coup de main à l’extérieur. Nous sommes en excellents termes tant d’un point de vue professionnel qu’amical. Les autres employés de Ny Ålesund sont également très ouverts et dynamiques. Il est donc facile de communiquer avec eux pour obtenir des informations ou échanger des avis. Les travaux sont toujours très efficaces et les problèmes sont vite résolus. Enfin à Ny Ålesund, il est facile d’entamer des discussions et de tisser des liens. Quant aux scientifiques, comme ceux-ci viennent de différents pays, c’est toujours intéressant de faire leur connaissance et de s’ouvrir à leurs différentes cultures.

– Oui, c’est vrai. Pendant mon séjour, j’ai rencontré des allemands, des américains, des anglais, des chinois, des coréens, des danois, des français, des hollandais, des indiens, des italiens, des japonais, des norvégiens, et des suédois, et puis j’ai même vu le prince de Norvège. Je suppose que certains lecteurs de ce blog seront intéressés par venir visiter Ny Ålesund un jour. Aurais-tu quelques commentaires à faire, notamment pour les étudiants ?
TB: Ny Ålesund est un milieu extrême … et fascinant. Le village est isolé et niché en pleine nature. Les amoureux de la flore et de la faune seront comblés. Lorsqu’on a la chance de venir vivre ici, en milieu extrême et avec des moyens de communication limités, l’homme prend naturellement conscience de l’importance de la coopération. Lorsqu’on vit ce type d’expérience, on comprend bien vite qu’on ne peut pas vivre tout seul. Les associations sont primordiales et le respect de l’environnement va souvent de paire.
Enfin si vous avez l’occasion de visiter ou de travailler en Arctique, soyez très prudents. Même si vous connaissez bien les hautes montagnes françaises (et donc que vous êtes plutôt familiers avec les milieux relativement extrêmes), le milieu arctique est singulièrement différent. Il faut apprendre à le connaître et toujours redoubler de précautions. Surtout quand vous êtes à Ny Ålesund … car je suis responsable de votre sécurité ! J’espère que durant vote séjour vous aurez profité au mieux de la logistique de l’AWIPEV.

– Je suis bien d’accord avec toi au point vue de la sécurité en milieu extrême. Concernant la montagne française, je ne connais que le Mont Boron (sourire)…. Je suis et resterai très prudent et sage pendant le reste de mon séjour à Ny Ålesund. Je te remercie d’avoir consacré ton temps pour cette interview et pour toute l’aide que tu nous auras fournie lors de notre séjour.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.