Exposition de bouteilles (par Tsuneo)

Il y a une sortie en mer dans la matinée et l’autre dans l’après-midi pour échantillonner l’eau des mésocosmes. L’équipe « française »sort tous les deux jours juste après le déjeuner. Nous échantillons entre 15 et 30 L à chaque mésocosme. Cela prend 2-3 heures.

Dès qu’on retourne au laboratoire, nous commençons immédiatement à distribuer l’échantillon d’eau entre les différentes bouteilles, flacons et tubes. Ensuite, chacun commence à traiter ses échantillons. Le volume (1 ml à 20 L), le matériel (verre, polystylene, polypropylene, polycarbonate, teflon) et la forme (rond, carré, col étroit, col large) sont très variables. C’est parce que le type de paramètre, donc la méthode analytique appliquée demande certain volume d’échantillon d’eau et peut être très sensible au matériel composant la bouteille.

Par exemple, la flacon qui n’est pas étanche ne peut pas être utiliser pour analyser de gaz, la bouteille en verre ne peut pas servir à analyser la concentration de silice, le tube de 1,5 ml ne peut pas être utilisé pour stocker un saumon.

Les quatre premières photos vous montrent les bouteilles ou les flacons qui sont actuellement utilisées pour notre expérience.

La dernière photo montre que beaucoup d’échantillon de « liquide », échantillonné en France, Espagne, Italie, Allemagne, Belge, Chili, ou Australie, a été transporté à NyÅlesund. Alors, qui a analysé ces échantillons et quel sont les résultats ? C’est une autre histoire et pas celle de l’expérience d’EPOCA Arctique 2010 !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: